Historique de l'Association

En 1999, six associations des Pays de la Loire créent l’Association  Régionale du Réseau des Instituts de Formation en Travail Social (ARRIFTS) « pour favoriser la coordination des actions des centres de formation en travail social, le partage de leurs analyses et l’élaboration des réponses appropriées face aux évolutions du secteur social et médico-social ».

L’intention de mutualisation est fortement affirmée dans un contexte où l’Etat assume le rôle de pilote des formations sociales et conduit  la rénovation de nombreux diplômes. Les schémas national et régionaux des formations en travail social confirment, en 2001, la volonté de l’Etat d’assurer la régulation du dispositif des formations en veillant, entre autres orientations, à la répartition des mesures nouvelles entre les régions et en encourageant les transversalités entre formations et, donc, les rapprochements entre centres de formation.

Le projet de l’ARRIFTS apparaît ainsi en phase avec les orientations définies par la puissance publique nationale, alors que le schéma régional des formations 2001-2005 remarque « l’absence de centre multi filières ou d’IRTS (Institut Régional en Travail Social) qui peut constituer un obstacle à l’objectif de transversalité ». Ce même schéma propose que soient renforcés les liens entre les différents centres établis sur le territoire régional et envisage de travailler sur l’hypothèse d’un regroupement de sites.

 

Cette hypothèse est relayée par quatre des Associations constitutives de l’ARRIFTS, implantées sur l’agglomération nantaise, qui impulsent en juillet 2003 la création du PONANTS « Pôle Nantais du Travail Social » ayant pour objectif « dans le respect des actions de formations initiales de ses membres fondateurs, de favoriser sur la région nantaise, la création d’un pôle géographique de formation, de recherche et de documentation au travail social en assurant la réalisation de la construction et/ou la gestion des moyens immobiliers, mobiliers et techniques intégrés à cet espace géographique. Il développera la mutualisation des moyens de chacune des associations membres, conformément à leurs propres statuts ».

                                                                                            

Ce sont finalement trois associations de ce réseau à double entrée qui décident en 2008 d’unir leurs destinées en fusionnant au 1er janvier 2009 au sein de l’Association Régionale des Instituts de Formation en Travail Social ou ARIFTS :

-          l’Ecole Normale Sociale de l’Ouest (E.N.S.O.),
-          l’Institut de Formation, de Recherche, d’Animation des Métiers Educatifs et Sociaux (.I.F.R.A.M.E.S.),
 -          l’Association pour la Formation, le Perfectionnement et la Spécialisation des Educateurs de Jeunes Enfants (A.F.P.S.E.J.E.).

 

Ces trois associations ont constitué des piliers de la formation des travailleurs sociaux dans l’Ouest et ont formé plus de 20 000 professionnels en 70 ans d’histoire. Elles ont participé au développement du secteur et aux évolutions des métiers.

 

D’origine confessionnelle, elles ont suivi le mouvement de laïcisation de la société et se réclament des valeurs républicaines. Elles ont vu l’émergence de l’unité des professions sous le vocable de travail social dans les années 1970.

 

Le processus d’élaboration d’un bien commun a renforcé le sens donné aux 4 missions de cette association unique :

-          les formations initiales et supérieures,
-          le perfectionnement professionnel et la formation continue,
-          l’animation des milieux professionnels,
-          les études sociales et la recherche.

 

La nouvelle association s’est fixée six orientations prioritaires :            

-          regrouper les forces bénévoles et réaffirmer l’exigence du projet politique des associés face aux contraintes gestionnaires et aux rationalisations techniques,
-          adapter les réponses du dispositif de formation aux besoins en qualification du territoire régional en améliorant leur cohérence : territoires, niveaux, métiers,
-          expérimenter de nouveaux fonctionnements collectifs et réinventer des modalités de régulation dans l’organisation du travail et des rapports à l’usager,
-          réduire le nombre d’interlocuteurs pour les partenaires et faciliter ainsi la veille et le pilotage du dispositif de formation avec le Conseil Régional, les Conseils Généraux et les Fédérations d’employeurs,
-          faciliter la mise en œuvre des transversalités et développer les capacités de réactivité, d’innovation et de recherche dans l’ensemble du dispositif de formation tout au long de la vie pour les travailleurs sociaux de la région,
 -          développer des stratégies de collaboration et de coopération avec d’autres acteurs de la formation et de la recherche sur des projets régionaux, nationaux ou européens.

Back to top